AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum fermé.

Partagez | 
 

 Tell me something I don't know | Blair

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Tell me something I don't know | Blair   Mar 16 Juil - 18:14



Rumor has it
Blair & Voirrey
 




Blair est une jeune femme superbe, j'ai toujours envié lorsque nous étions jeune ses longs cheveux bruns avant de me rendre compte un peu plus tard, que les miens n'étaient pas si mal en blonds. Elle a une beauté peu comparable à celle que l'on me donne si je peux me permettre, Blair me fait penser à ses dames de hauts rangs que l'ont peut voir sur de grands tableaux. Elle pourrait se faire passer pour tellement plus digne que ce qu'elle ait. Elle reste pour moi l'un des piliers de ma vie, elle est adorable, souriante, pleine d'entrain et c'est une amie que toutes femmes telles que moi désire avidement garder même après un proche mariage. J'ai tant à lui compter, je lui aurais bien écris une lettres mais il m'était fallut tant de papier qu'elle n'aurait pas eu la force de tout lire. C'est pour cela que j'ai mandé donc tout de même dans une lettre une visite chez elle pour une journée, afin que je puisse lui compter mes aventures nombreuses, elle est au courant forcément comme la plupart de mes proches de mes épousailles avec le seigneur Adrian Gordon, fils héritier du clan Gordon. Et si elle se souvient bien je n'avais point envié de ce mariage par peur de cet homme qui semblait de caractère si repoussant. Je suis persuadée que lorsque je lui avouerais que maintenant j'en suis follement éprise elle tombera des nues. Il m'aurai fallut seulement trois jours pour tomber sous le charme robuste de cet homme au grand coeur caché sous sa cuirasse de guerre. Adrian je pourrais lui vanter une tonne de mérite mais je me tiendrais cette fois pour ne pas saouler ma bien chère amie. Il me tarde de tout lui raconter, j'ai hâte de voir ses réactions et j'ai hâte qu'elle m'annonce le nouvelles qui rodent de son coté, nous aimons cela papoter et j'espère que nous ne perdrons pas nos bonnes habitudes de femmes lorsque je serais épouse. Tout le long du chemin je ne fais que rêvasser, moi qui avait apporter un ouvrage le voilà peu avancé. Je regarde les paysages changer, je quitte ma mer pour les plaines et bientôt après quelques heures de voiture tirée par des chevaux nous arrivons sur les terres des parents de mon amie très chères. Nous arrivons une demi heure plus tard dans la cour de son château. Je la vois elle m'attend. Je m'empresse de sortir et comme deux gamines que nous étions je me précipite dans ses bras. Nous entendons nos éclats de rires. Nous paraissons 10 ans de moins. " Oh très chère Blair que vous m'avez manqué ! Combien de temps cela fait-il que nous nous sommes pas vu ? Vous n'avez rien perdu de votre beauté, et toujours pas d'homme ? Il me faut vraiment vous faire revoir Asling, même plus jeune, il ferait pour vous une bon époux qui sait ! " Je la taquine, une grand sourire aux lèvres, je prend son bras. Nous voilà réunit pour nos séances de commérages préférées.


.pinklemon
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Northern Highlands

▷ ÂGE IRL : 24
▷ MESSAGES : 595
▷ INSCRIPTION : 25/06/2013
▷ LOCALISATION : Au chaud dans ma demeure, sur les terres des Forbes
▷ ÂGE : 22 printemps
▷ HUMEUR : Mélancolique


I wish I could be that kind of girl. You know, a sword in one hand, a spear in another. Charging with a huge scream that could afraid the trees. But I am not. I want to change. But I don't know how.



JE NE CROIS PAS A LA GUERRE.
MAIS JE CROIS AUX GUERRIERS.

MessageSujet: Re: Tell me something I don't know | Blair   Mar 16 Juil - 21:23

Quelle n'avait pas été ma surprise lorsque j'avais reçu une lettre de visite de Voirrey, il y avait de cela quelques heures. Un des serviteurs était venu au triple galop jusqu'à ma chambre et avait tambouriné comme un forcené à ma porte. J'avais alors reconnu un des nouveaux arrivants qui avait été attaché à mon service. Il m'avait tendu la lettre, à bout de souffle mais tout sourire. Je l'avais remercié maladroitement et m'étais recluse dans mon havre en me demandant de qui pouvait bien venir la missive. J'en recevais peu, en ne comptant pas celles que Voirrey m'envoyait. Bien que depuis quelques temps, celles-ci se faisaient plutôt rares, voire même épisodiques. Je ne lui en tenait absolument pas vigueur. En ce moment, sa vie était tourmentée. Et c'était le moins que l'on puisse dire. Elle m'avait avouée, dans une de ses lettres, la peur qu'elle éprouvait à l'idée de se marier avec un inconnu. Et pas n'importe lequel. Adrian Gordon, l'héritier de la famille Gordon, réputé pour sa froideur légendaire. Enfin, je n'étais personne pour le critiquer ou oser médire à son sujet. Pour ma part, je n'étais pas mieux. Mais Voirrey, elle qui était si vivante et extravertie... Comment pourrait-elle supporter la présence d'un ours bougon et renfermé ? Quelques fois, je me demandais comment notre amitié s'était soudée. Comparée à elle, la si solaire et lumineuse Voirrey Menzies, je n'étais qu'une ombre morne et transparente. Je respirais la tristesse alors que mon amie d'enfance était radieuse. Alors, l'imaginer au bras du fils aîné Gordon... Je réprimais une grimace. Elle ne pourrait le supporter. Elle serait malheureuse. J'en étais persuadée. Je la connaissais. Comment diable pourrait-elle apprécié un homme tel que lui ? Lors de ma première rencontre avec elle, j'en étais venue à me demander comment elle réussissait à me supporter. Bien que ce sentiment c'était estompé avec le temps pour faire place à une confiance infaillible, la question venait, certains soirs de nuit sans lune, hanter mes songes nocturnes. Sans elle, je n'osais même pas imaginer ce que je serais devenue. Étant d'un naturel renfermé et peu sociable, elle avait tout de même réussi à m'ouvrir aux autres à force d'effort et de patience. Si elle n'avait pas croisé ma route, je serais surement pire encore. Enfermée dans mon donjon, je ne mettrais surement pas le nez dehors et passerais mes journée à ma fenêtre, à broder des motifs compliqués sur des mouchoirs en prenant la poussière. Elle avait été et est toujours la lumière dans mon obscurité.

Je m'installais posément à ma petite table de bois sombre, où j'avais l'habitude de lire et rédiger mes lettres. Je prêtais attention à l'écriture sur l'enveloppe de la missive. Je l'aurais reconnu entre mille. Hé puis, si elle n'avait pas été de Voirrey, de qui d'autre aurait-elle pu être ? Mon cercle d'amis proche se résumait à elle et elle seule. J'ouvris la lettre avec délicatesse, ne voulant pas déchirer le papier et commençais à lire les lignes noircies de son écriture appliquées et soignées. Elle me prévenait de son arrivée sous peu. Étrangement, je sentais l'excitation palpable qui émanait de ses mots, écrits à la va-vite mais ne perdant rien de leur élégance. Elle restait assez mystérieuse sur le motif de sa visite mais laissait planer l'ombre d'une discussion interminable. Sinon, mon amie aurait délié sa langue dès les premières phrases de sa lettre. C'était étrange mais... on aurait dit qu'elle ménageait une drôle de surprise. Une surprise à propos de quoi sinon Adrian Gordon ? Ses quelques jours de visites dans son domaine avaient dû prendre fin il y avait peu. Un peu troublé et ne sachant quoi penser, je relus la lettre pour voir si mon esprit fébrile n'avait rien manqué puis, la glissais dans l'immense tas de missive, dans mon armoire. Je n'avais plus qu'à attendre Voirrey pour élucider ses petits mystères.

Les heures passèrent lentement. Le temps s'égrainait si doucement que je craignais décrépir avant l'arrivée de mon amie. Père avait remarqué mon inattention mais s'était gardé de me faire la moindre remarque. Comme à leur habitude, mes frères me taquinèrent mais lasse, je ne répliquais pas. Nous étions tous beaucoup trop vieux pour se genre d'enfantillage. Du moins, c'est ce que j'essayais de me dire. En fond, j'aimais ces moments complices que nous partagions, même si c'était probablement les seuls.
La pluie s'écrasait contre la vitre, formant ainsi de grosses gouttes qui dégoulinaient rapidement avant de disparaître, remplacées par de nouvelles. Je me perdais dans leur contemplation distraite, la main droite sous le menton, mes yeux couleurs d'orage perdus dans les nuages sombres qui masquaient le ciel.
Le temps avait été mauvais depuis l'aube et il se mettait à tourner à l'orage. Je soufflais en haussant les sourcils, craignant que la route soit mauvaise pour Voirrey. L'Ecosse était réputée pour son crachin continuel et nous y étions habituée mais tout de même. Je n'avais pas le cœur à broder d'insignifiants motifs sur un tout aussi insignifiant mouchoir, trop impatiente de revoir mon amie.
En bref, j'étais restée prostrée devant ma fenêtre des heures durant en ne sachant comment occuper ma journée, à jouer avec la buée de mon souffle sur la vitre pour dessiner des choses incongrues. Les minutes me semblaient être des heures et l'obscurité ambiante empêchait l'évaluation du temps qu'il restait avant la tombée de la nuit. J'espérais qu'elle et son escorte arriveraient avant que la lune se lève. On ne sait jamais ce qui arpente les chemins de boue, à la nuit tombée...

Je sursautais lorsque j'aperçus un carrosse se dessiner à l'horizon. Je bondis sur mes pieds et trottinais à travers les couloirs glacés du château avant de débouler dans la coure, impatiente. La pluie s'était calmée et je vis Voirrey descendre avec précaution de l'habitacle. Sans plus de cérémonie, elle se rua alors sur moi, comme lorsque nous étions enfants, ses cheveux blonds comme les blés volant follement autour de son visage rieur.

_Oh très chère Blair que vous m'avez manqué ! Combien de temps cela fait-il que nous nous sommes pas vu ? Vous n'avez rien perdu de votre beauté, et toujours pas d'homme ? Il me faut vraiment vous faire revoir Asling, même plus jeune, il ferait pour vous une bon époux qui sait !

Je masquais ma gêne derrière un sourire maladroit. Je m'étais bien gardée de lui parler de Fillan. D'ailleurs, je ne souhaitais pas vraiment aborder son sujet maintenant. Je le jugeais beaucoup beaucoup trop délicat. Elle m'avait souvent parlé d'Asling, son frère cadet en me ventant ses mérites et sa grande bonté. Mais ma vie sentimentale n'avait que peu d'importance face à la sienne.

_Beaucoup trop longtemps à mon goût, ma chère ! M'exclamais-je, et je vous en prie, mon apparence fait pâle figure face à vous. Vous êtes radieuse, dites moi ! La complimentais-je en évitant soigneusement de répondre à sa question sur son frère. Venez, suivez moi ! Nous n'allons tout de même pas rester plantée ici alors qu'un orage se prépare.

Bras dessus bras dessus, je l'entrainais à travers le dédale de ma demeure jusqu'à ma chambre où je l'invitais prestement à s'asseoir dans un de mes fauteuils, au coin du feu qui crépitait déjà. Je me fis une note mentale : remercier le jeune serviteur. Je restais debout et la toisais, les yeux pétillants.

_Racontez moi tout ! Comment s'est passée votre visite chez lord Gordon ? A-t-il été aimable ? J'espère qu'il ne s'est pas montré grossier... Quelle angoisse j'ai senti lorsque vous m'avez annoncé vos fiançailles avec ce grizzli fait homme ! Il ne peut pas être plus bourru que moi, si ? Lui demandais-je dans un sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Tell me something I don't know | Blair   Mer 17 Juil - 8:26



Rumor has it
Blair & Voirrey
 






Je suis souvent lasse des voyages, n'aimant pas ne rien faire pendant un laps de temps, je finis toujours par m'ennuyer et à trop penser. Le froid est perçant et je suis heureuse d'avoir penser à prendre des fourrures pour ne prendre pas froid. Par endroit on voit encore l'herbe gelée sous la nuit qui a précédé. Je ne peux pas dire que les paysage de l'Ecosse soient mornes. Je suis plutôt toujours autant émerveillée. J'aime les y découvrir en toutes saisons, ils semblent totalement différents lorsque l'on passe de l'hivers à l'été et de l'été à l'automne et c'est comme cela aussi pour le passage du printemps. Mais je suis une attachée de la mer et je ne sais encore guère comment je vivrais sans le bruit délicat des vagues venants s'écraser sur les falaises non loin de notre château. Je ne sais point encore comment je me passerais de mes longues balades à cheval sur la plage sauvage. Des moment de rigolades lorsqu'Ealish ma toute jeune soeur, tente de sauter par dessus l'écume. Toute cette routine me manquera, j'étais faite pour vivre comme ça avec cette belle mer. Hors la famille de mon futur époux vit en plein milieu des terres, entourés de forêts.. on ne voit pas un paysage à l'horizon et j'ai cette vague impression d'être enfermée voir prisonnière. Je crois que j'aurais été la plus malheureuse des femmes si je n'avais pas eu temps d'amour soudain pour Lord Gordon, mon Adrian. Ma mère m'a toujours dit que les opposés s'attirent, il semble l'inverse de moi et je ressens une forte passion pour cet homme qui a su viser en plein coeur.

Moi qui ne faisait qu'écouter les commérages à son sujet, me voilà bien surprise de constater qu'il n'est point comme on le prétend, ce qui m'a fortement rassuré. Nous sommes tombés chacun pour l'autre, et la séparation se fait douloureuse et longue. Il m'a fait promettre de lui écrire des lettres ce que je m'évertue à faire, mais son absence m'est pénible et je me promet de l'invité dans ma prochaine lettre pour qu'il découvrir d'où je viens, je suis persuadée qu'il n'en sera que plus ravi. Mes pensées vagabondent vers lui et presque seulement vers lui, parfois je croise un cerf qui court dans une plaine et parfois c'est à mon amie Blair que je pense. Je vais lui rendre visite, et il me tarde de tout lui conter. Je lui ai envoyé une lettre pour la prévenir de mon arrivée afin de ne pas débouler à l'improviste et de risquer de la manquer. Je viens pour elle et non pour voir son père et sa mère. Je ne veux point me livrer à eux, ma chère amie depuis l'enfance nous sommes devenues confidentes et j'ai besoin de ce rapport avec elle. De plus j'ai à me racheter, j'ai souvent été absente et distraite avec l'annonce de mon alliance avec Lord Gordon alors je veux lui prouver qu'elle restera mon amie fidèle. J'ai une bien belle surprise à lui proposer d'ailleurs. J'espère que cela lui fera plaisir et ne l'agacera pas, je sais combien elle est réservée et je ne voudrais pas que mon attention la gène.

Il faut plusieurs heures pour arriver chez le clan Kincaid. Je trouve le temps longs. Je m'étais pris un ouvrage mais je n'ai pas le coeur à coudre et je n'ai rien d'autre de mieux à faire que songer en lorgnant le paysage. Je remonte un peu la fourrure sur mes épaules, somnolant par moment mais ne m'endormant pas. Je vois alors se dessiner les tour du château qui en est la demeure de mon amie. Je me redresse, et lisse d'impatience mes cheveux de mes doigts. Peu de temps me sépare d'elle et j'ai hâte de la retrouver. Mon carrosse entre dans la cour et je me prépare à sortir. Une fois dehors je resserre un peu l'étoffe qui me couvre un peu plus pour ne point tomber malade, on sait que j'ai la santé fragile, Lord Gordon en a fait les frais, je suis tomber fiévreuse lors de mon voyage officiel et je m'en suis beaucoup voulu, je me suis ridiculisée, j'espère que nous ne garderons pas cette image de femme faible dans ce clan pour moi.

Je fond dans les bras mon amie, louant sa beauté toujours présente et à quel point elle m'a manqué. Je tente toujours au passage de lui vanter les mérites de mon jeunes frères Asling, seulement un an son aîné mais très bon parti pour sûr, il a plusieurs femmes à ses pieds mais ne semblent point s'en préoccuper pour le moment, je ne sais guère à quoi songe-t-il. Elle me renvoie poliment les compliments que je lui ai fait et j'y répond d'un grand sourire. Je la suis tenant son bras dans les dédales de couloirs pour aller jusqu'à sa chambre. Je me rappelle tant de souvenir de lorsque nous n'étions que deux petites filles. Tout nous opposé et nous avons réussi à trouver le juste milieu pour devenir de grandes amies. Ma mère a toujours eu raison, les opposés s'attirent. Je m'installe sur l'un des fauteuil retirant mon étoffe de fourrure qui me tenait chaud jusqu'à présent pour dehors. Nous sommes près de la cheminée, je n'ai guère besoin d'avoir plus chaud.

Blair ne tarde pas à me questionner, voulant absolument tout savoir de ma visite chez le clan Gordon et de ma rencontre avec Lord Adrian que j'épouserais au printemps. Je ris légèrement en haussant les épaules. Je suis connue pour mon naturel et mon franc parler. " Il est divin. " Je souris malicieusement voyant bien que je me fais désirer. " Je suis tombée sous son charme à la première parole qu'il a prononcer, n'y croyez vous pas ? " Je souris franchement à se moment, je veux partager tout ce que j'ai ressenti. " Oh il n'est point si bougon que cela mon amie, c'est une légende que sa froideur.. il m'a avoué être victime de cela parce qu'il est sans pitié sur le champ de bataille. Mais c'est un homme très attentionné " Je m'en dis pas plus. J'attend déjà de constater sa réaction. Puis je lui donnerais tous les détails de mon voyage.

.pinklemon
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Northern Highlands

▷ ÂGE IRL : 24
▷ MESSAGES : 595
▷ INSCRIPTION : 25/06/2013
▷ LOCALISATION : Au chaud dans ma demeure, sur les terres des Forbes
▷ ÂGE : 22 printemps
▷ HUMEUR : Mélancolique


I wish I could be that kind of girl. You know, a sword in one hand, a spear in another. Charging with a huge scream that could afraid the trees. But I am not. I want to change. But I don't know how.



JE NE CROIS PAS A LA GUERRE.
MAIS JE CROIS AUX GUERRIERS.

MessageSujet: Re: Tell me something I don't know | Blair   Ven 19 Juil - 20:24

Je me levais du fauteuil pour attiser les braises rougissantes au cœur des bûches carbonisées. Voirrey retira sa fourrure, estimant que la température grimperait facilement. Ma chambre n'était pas immense, bientôt nous sentirions la tiédeur du feu sur nos joues. Je craignais que le voyage de mon amie fut inconfortable. Engoncée dans son lourd manteau dans un habitacle glacial et traînée à pleine vitesse par des chevaux... Elle était de faible constitution et, lorsqu'elle était jeune, elle tombait souvent malade. Tout y passait. Des rhumes carabinés aux grippes qui la clouaient au lit des jours durant... Cette mauvaise habitude ne l'avait pas quittée en grandissant. Sortir les jours de bruines à transpirer sous trois couches de vêtements ne pouvait lui être profitable. Pourquoi s'était-elle pressée ainsi, par tous les Dieux ? Ce n'était pas comme si j'allais disparaître d'une seconde à l'autre. Elle aurait eu tout le temps de m'annoncer les bonnes (ou les mauvaises) nouvelles après s'être reposée de son séjour chez les Gordon. Tout cela n'avait conduit qu'à une chose : m'inquiéter. Qu'avait-elle de si terrible à me dire ? Oh, cela avait dû mal se passer... Quel malheur. Je m'imaginais déjà Voirrey, enfermée dans une tour d'ivoire à longueur de journées, prise au piège dans un mariage sans amour. Je mordilliais ma lèvre inférieure, troublée et morte d'angoisse. Nous qui avions été si jeunes, nous qui jouions comme des enfants dans les mêmes couloirs et dans les forêt bordant nos demeures respectives, nous qui riions, si naïves... Et voilà que ma meilleure amie allait se marier. Partir dans un endroit qu'elle ne connaissait pas, entourée d'inconnus. Une page se tournait. J'éprouvais un sentiment si étrange qu'il m'était impossible de trouver les bons mots pour le décrire. J'avais l'impression de grandir. Et je n'aimais pas ça. Pas ça du tout.

_Il est divin.

Alors que j'allais m'asseoir dans le velours vieilli du fauteuil en face d'elle, je m'y laissais littéralement tomber. Bouche bée de surprise, les sons ne franchir pas le seuil de mes lèvres et Voirrey enchaîna, tout sourire :

_Je suis tombée sous son charme à la première parole qu'il a prononcer, n'y croyez vous pas ? Oh il n'est point si bougon que cela mon amie, c'est une légende que sa froideur... Il m'a avoué être victime de cela parce qu'il est sans pitié sur le champ de bataille. Mais c'est un homme très attentionné.

Je mis quelques secondes à digérer les informations. Alors comme ça, Adrian Gorgon n'était pas un ours mal léché tout droit sorti de sa montagne neigeuse ? Je n'avais jamais vraiment porté attention aux rumeurs. Elles étaient fausses et sans fondements, la plupart du temps. Cependant, lorsqu'elles arrivaient jusqu'à mes oreilles, je ne pouvais faire comme si je ne les avais jamais entendues. Et la réputation du futur époux de mon amie était parvenue jusqu'à moi. Qu'aurais-je du penser de lui, à ce moment là ? Je m'en étais fait tout un portrait. Un homme ingrat et maussade. Mon double au masculin. Mais plus je regardais Voirrey, plus ses yeux pétillants m'indiquaient que j'avais eu faux sur toute la ligne. Je m'autorisais à sourire. Alors comme ça, il n'était pas plus réfrigéré que moi ? Je conservais donc mon titre. Ravie de ses révélations, je pris les mains blanches de mon amie entre les miennes, tiédies par la chaleur dégagée par les flammes.

_Oh, je suis tellement ravie pour vous. Quelle angoisse cela a dû être lorsque vous l'avez vu pour la première fois ! Je n'ose même pas me mettre à votre place. Je pense que je serais restée transie de peur à l'entrée de sa demeure.

J'étouffais un rire discret à la simple image de me voir, moi, plantée dans le hall d'un lord, en ne sachant pas où mettre les pieds. Un cauchemar.

_Vous n'imaginez pas à quel point je suis rassurée. Je me suis fait un sang d'encre pour vous ! Vous imaginez prisonnière dans un cachot obscure sous la coupe d'un homme froid comme la glace me réveillait la nuit en sursaut.

Je resserrais mes doigts autour des siens.

_Parlez-moi de lui, ma curiosité est éveillée, maintenant, lui avouais-je malicieuse. Est-il bel homme ? Je ne puis imaginer pas un laideron à côté d'une femme telle que vous. La date du mariage est déjà fixée ? Le temps file si vite...

Je fronçais les sourcils. En temps de guerre, les choses allaient toujours trop rapidement. Je craignais que ce paramètre n'influe sur le bonheur de mon amie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Tell me something I don't know | Blair   

Revenir en haut Aller en bas
 

Tell me something I don't know | Blair

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
▷ WILL O' THE WISP  :: Domaines des autres clans des Northern-