AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum fermé.

Partagez | 
 

 Rencontrer un correspondant [Adrian Gordon]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Rencontrer un correspondant [Adrian Gordon]   Sam 27 Juil - 20:50

Mona marchait sur la piste enneigée, un panier dans une main, une laisse au bout de laquelle s'agitait un jeune chien dans l'autre. Elle tassait la piste avec soin en piétinant la neige pour faciliter le chemin à Tam qui avançait derrière elle. La gamine était curieusement silencieuse, preuve qu'elle était épuisée.

"Allez Tam, ne te laisse pas abattre, nous approchons." dit la jeune femme en se retournant vers sa fille.
"Je n'aime pas aller chez grand-père. C'est loin!"
"Il faut bien que nous y allions pourtant.Je dois montrer ce chien à mon père pour savoir si il veut l'acheter. Et puis il y a des chiots qui sont nés récemment. En plein hiver il faut qu'ils aient des soins particuliers pour survivre."

Mona adressa un sourire doux à la petite fille qui conserva un air boudeur sous sa capuche brune. Sa mère secoua la tête et leva les yeux au ciel, puis continua sa route avec deux fois plus d'entrain pour donner l'exemple à la gamine qui lambinait en pleurnichant dans son sillage. Mona se perdit dans ses pensées tout en surveillant sa fille d'un oeil et son chien de l'autre. Elle espérait croiser Adrian. Il y avait longtemps qu'elle ne l'avait pas vu, même si ils s'écrivaient régulièrement. Il n'était pas souvent chez les Gordon en ces temps de guerre. Elle même aurait voulu pouvoir aller en personne égorger des Dingwall sur le champs de bataille, mais elle avait Tam, et puis ses chiens qu'elle ne pouvait pas laisser seuls.
La mère et sa fille finirent par arriver près de la demeure des Gordon. Tam reprit courage en se voyant si près du but et se mit à trotinner dans la neige à coté de Mona. Elles pénétrent ensemble dans la cour, plus praticable. De soulagement, Tam se mit à cabrioler dans tout les sens, accompagné du chien si sa mère ne l'avait pas fermement tenu en laisse.

"Tam! Monte chercher ton grand-père! Je ne veux pas faire entrer cette boule de nerfs il va tout casser." dit Mona en pointant le chien du doigt.

Tam aquiesca et fila vers la porte, où elle disparut, soulagée d'échapper pour l'instant à la surveillance de sa mère. La fillette rabattit la capuche de sa petite cape et dévoila ses cheveux roux foncés, lisses et disciplinés comme ceux de sa mère. Tam commença à sautiller le long des couloirs, vers la chambre de son grand-père, où elle avait le plus de chance de le trouver. La petite percuta soudain un obstacle et se retrouva les fesses par terre, face à une paire de Grandes Jambes d'Adulte. Tam se dévisa la tête et apperçu alors un visage famillier. Elle sourit de toutes ses dents.

"Adrian!" s'exclama-t-elle joyeusement. Il n'était pas très amusant, mais elle l'aimait bien malgré tout et elle savait que sa mère était son amie. "Maman est en bas! Elle sera très contente de te voir tu sais!"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Rencontrer un correspondant [Adrian Gordon]   Jeu 22 Aoû - 9:49

Voirrey. Ce nom restait sur mes lèvres. Voirrey, Voirrey. Je voudrais le répéter des centaines de fois, il garderait toujours ce délicieux parfum, cette beauté sans égard. Ce prénom roulait délicatement sur ma langue dès l'instant que je le prononçais. Il m'emportait dans des rêveries, laissant naitre un sourire béat sur mes lèvres. Oh qu'elle me manquait. Seulement quelques jours nous séparait et pourtant, je me languissais déjà de sa présence. Il me fallait prendre mon courage à deux mains et patienter sagement ces semaines qui nous séparaient du mariage, de notre vie ensemble. C'était ce que je lui disais dans ces lettres. Nous nous écrivions sans cesse, comme si en quelques jours, nous avions tout à nous dire. Père et mère semblaient aux anges de constater que la fille Menzies me plaise. Je savais que dans ce genre de mariage, cela n'importait pas tellement, mais j'étais si heureux de me retrouver promis à une telle femme. Elle me changeait, j'étais différent avec elle. Elle devait sûrement pratiquer la sorcellerie afin qu'elle ait réussi à me changer en si peu de temps. Mon sens de la conversation n'a jamais été très réputé et voilà qu'à ses côtés, j'étais bavard et souriant. A dire vrai, c'était plus fort que moi, dès l'instant que je posais les yeux sur son visage, mes lèvres s'étendaient d'elles-mêmes en un sourire. Dès l'instant que je croisais son regard, ce dernier me donnait la promesse d'une vie heureuse, d'une chance de tout avoir. Une famille, un foyer, une femme aimante. Parfois, la passion que je ressentais pour cette femme me faisait peur, elle m'effrayait tellement elle était immense. Nous avons pêché, nous étions incapables d'attendre nos noces afin de consommer les plaisirs de la chair. Ce moment hantais mes rêves et mes pensées, j'avais encore l'impression de sentir son souffle contre mon visage, ses mains vagabonder sur mon corps, sa présence contre moi. Je voulais ressentir ça à nouveau, je me languissais de ses lèvres, je voulais les embrasser, serrer son petit corps fragile contre le mien et ne plus jamais la quitter.

Je regardais le corbeau s'envoler en direction du domaine Menzies afin de livrer un énième billet à ma dulcinée. Sa robe noire jurant avec les flocons blancs s'écrasant sur le sol du domaine de père. Cela faisait deux jours qu'il ne cessait de neiger et je regardais ces flocons tomber, les détaillants un par un, rêvant de cette femme aux cheveux blonds qui serait bientôt mienne. Je devrais faire autre chose, j'en avais bien conscience, mais son image flottait sans cesse dans mon esprit, son sourire, son rire, ses lèvres. Je rêvassais, n'écoutant pas un traître mot des conversations. Anna l'avait bien remarqué, alors que nous dînions, elle me sortait de mes rêveries en se penchant vers moi, un sourire malicieux au bout des lèvres "Comment se porte Lady Menzies ?" Bien sûr qu'elle pouvait lire dans mes pensées, elle me connaissait par cœur, mais elle n'a jamais voulu me dire un traître mot de ce que ma dulcinée lui a dit lorsqu'elles étaient toutes deux dans ses appartements. Je détestais lorsqu'elle agissait de la sorte, qu'elle me cachait quelque chose, car je savais qu'elles avaient parlé de moi. Il semblerait qu'elle apprécie sa future belle-sœur pour garder ses secrets, car Annalivia était la femme la plus bavarde du monde, elle adorait se tenir au courant des ragots et en bavasser avec ses amies. Elle s'est déjà fait une joie de parler du mariage à tout le monde.

Je descendais enfin de ma tour où je m'étais réfugié afin d'écrire à ma fiancée et m'apprêtais à rendre visite à Duane dans les écuries lorsqu'une minuscule boule de nerfs me percutait et se dévissa la tête afin de me sourire de toutes ses dents après avoir prononcé mon prénom « Tam ! » je reconnaissais la fille de ma chère « cousine » Mona. Elle m'indiquait justement que sa mère était en bas. « D'accord, fais attention à toi ». J'ébouriffais légèrement ses cheveux avant de descendre rejoindre l'une des rares personnes avec qui j'étais capable de tenir une conversation. Ma cousine et moi étions similaires, c'était sûrement ce qu'il faisait que nous nous entendions si bien. Nous avons tous les deux perdus des êtres chers dans cette guerre et j'étais heureux de trouver quelqu'un avec qui je pouvais en parler librement. Je reconnaissais aussitôt ces cheveux bruns « Mona ! » Je m'approchais d'elle et la serrais dans mes bras « Cela fait tellement longtemps que nous ne nous sommes pas vus en chairs et en os, comment vas-tu ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Rencontrer un correspondant [Adrian Gordon]   Jeu 22 Aoû - 12:00

Tam éclata d'un rire gazouillant quand la grande main d'Adrian vint ébouriffer ses cheveux. Ses longs cheveux roux foncés rendus un peu hirsutes par ce traitement, elle repartit à travers les couloirs à grands renforts de joyeux sautillements, vers les appartements de son grand-père.
Pendant ce temps, Mona attendait dans les courants d'air de la cour. Elle s'était mise dos à un mur, autant pour se placer hors des allées et venues que pour se mettre à l'abri du vent. Elle avait posé son panier au sol et se servait de sa main libre pour resserrer les plis de son manteau bleu violet autour d'elle.
Mona tenait toujours la laisse du chien dans sa main gauche. Cette bête était insupportable, mais son père avait bien insisté sur le fait qu'il voulait un animal jeune et plein d'énergie. Il semblait mal supporter l'absence de ses deux fils légitimes et elle le soupçonnait de vouloir combler sa solitude avec un chien énergique et joyeux comme un très jeune homme.

"Astuce! Arrête ou je m'en vais te calmer!" ordonna-t-elle à l'animal en tirant un coup sec sur sa laisse alors qu'il tentait de courir après un cheval qui venait de quitter la cour au petit trot.

Le jeune chien consentit alors à se coucher sur les pieds de sa maitresse, sans renoncer à regarder autour de lui avec des mouvements de tête dignes d'une girouette.
Mona elle fixait le vide en se demandant ce que pouvait bien faire Tam. Certainement encore en train de flâner quelque part dans les couloirs. Cette petite était impossible! mais au moins, elle mettrait un peu de joie de vivre dans le cœur de son grand-père.
Mona entendit soudain son nom dans l'agitation qui régnait dans la cour. Ce n'était ni la voix de son père, ni celle de Tam, alors cela ne pouvait être qu'une seule personne...

"Adrian!" dit-elle en lui rendant son étreinte. Elle prit un peu de distance, sans toutefois retirer ses mains, posées sur les bras de son ami, puis le dévisagea rapidement de pied en cap. "Plutôt bien et toi? Tu as l'air heureux et en forme, la damoiselle Menzies semble te réussir!"

Mona n'était évidemment pas sans savoir que la promise de son "cousin" lui plaisait énormément. Ne serait-ce que grâce aux rumeurs qui disaient que l'héritier des Gordon était tellement amoureux de sa fiancée qu'il ne faisait plus rien d'autre que lui écrire et penser à elle. A présent, Mona se rendait compte que les rumeurs n'avait fait qu'exagérer, mais Adrian semblait tout de même bien atteint!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Rencontrer un correspondant [Adrian Gordon]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Rencontrer un correspondant [Adrian Gordon]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Thomas Gordon
» Methode Gordon - Résolution de problèmes en pratique
» Mr Gordon Smith 507/HQ
» Guitare : la Jackson Adrian Smith SDX.
» Tunnels 3 - Chute libre (Roderick Gordon & Brian Williams)
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
▷ WILL O' THE WISP  :: Domaines des autres clans des Northern-