AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum fermé.

Partagez | 
 

 Le soutien d'une famille [Liusaidh]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Western Highlands and islands

▷ MESSAGES : 84
▷ INSCRIPTION : 29/10/2013
▷ LOCALISATION : *
▷ ÂGE : 29 ans
MessageSujet: Le soutien d'une famille [Liusaidh]   Dim 3 Nov - 13:45

Moïra Macintosh et Liusaidh MacDonald
Bienvenue chez nous ...


Si quelques années plus tôt, on avait dit à Moïra qu'elle se réjouirait sincèrement de voir arriver Connor MacDonald, son frère aîné, sur les terres des Macintosh, elle aurait bien ri : il existait une réelle rivalité entre les deux jeunes gens, du temps de leur enfance. Parfois, cela allait même plus loin qu'une simple rivalité, d'ailleurs, car à la mort de leur frère aîné, Moïra s'était sincèrement désolée que ce ne soit pas Connor qui soit décédé en lieu et place de son cher aîné. Les mœurs de Connor, jugées dissolues par Moïra, n'étaient qu'un des divers soucis qui se posaient entre eux. Mais heureusement ou malheureusement, rien n'était jamais définitif dans une relation et peu à peu, le frère et la sœur avaient réussi à trouver des sujets communs. Oh, bien sûr, en apparence, ils se cherchaient toujours des poux et n'hésitaient jamais à se lancer des piques acérées -la spécialité de Moïra. Il y avait toutefois eu différents événements réparateurs, fort heureusement. Le dernier en date concernait évidemment le mariage de Connor, avec sa jolie épouse, Liusaidh. C'était une jeune femme adorable, que Moïra avait quelque peu du convaincre que son frère n'était pas l'homme horrible qu'elle pouvait imaginer. Au fond d'elle-même, Moïra espérait que le mariage assagirait son frère et qu'il comprendrait enfin les valeurs qui étaient chères à Moïra.

Cela faisait déjà quelques mois, d'ailleurs, que ce mariage avait été célébré et récemment, Moïra avait appris par un corbeau de sa mère, que Liusaidh était enceinte. C'était là une bien bonne nouvelle, surtout après que Moïra ait donné naissance à Ichabold, son second enfant. Celui-ci aurait donc au moins un cousin ou une cousine de son âge auprès de qui être élevé. C'était là une excellente nouvelle, mais évidemment, Moïra se demandait comment allait réagir Connor. Son frère, cet homme qui refusait les attaches, qui enchaînait les conquêtes avant son mariage à Liusaidh allait-il prendre conscience de ses responsabilités de père ? Toutes ces questions et plus encore, Moïra sut qu'elles allaient être résolues quand on lui annonça l'arrivée sur les terres Macintosh des MacDonald. Son frère, sa belle-sœur et sans doute aussi sa petite sœur. C'était une excellente nouvelle et Moïra ne se priva pas d'annoncer à son fils, au creux de l'oreille du bambin, qu'il allait bientôt connaître une nouvelle partie de sa famille.

Si elle était restée un peu en retrait du clan, depuis la naissance du petit Ichabold, Moïra trouva ce jour-là la force de s'activer autant que possible. Elle ordonna qu'on prépare un bon repas pour accueillir ceux qui avaient fait le voyage jusqu'ici, ainsi que des chambres pour loger tout ce petit monde. Mais plus important que tout, Moïra tenait à ce que sa jeune belle-sœur, enceinte, puisse être traitée avec confort et douceur, chez les Macintosh, car les premiers moments d'une grossesse pouvaient toujours être difficiles. Certaines femmes étaient malades, d'autres avaient du mal à accepter les changements de leurs corps … Bref, Moïra voulait prendre soin de Liusaidh.

C'est pourquoi, quand ils furent tous arrivés, Moïra s'empressa de saluer tous ceux qu'elle devait, mais très vite, elle passa une main légère sur le dos de Liusaidh. «-J'espère que le voyage ne vous a pas été trop pénible, ma chère Liusaidh … Dans votre état, c'est parfois si compliqué ! ». Visiblement, Moïra n'y allait pas par quatre chemins. Mais son visage reflétait la joie qu'elle avait eu à apprendre cette nouvelle. « -Mère n'a pas pu s'empêcher de me tenir au courant, ne lui en tenez pas rigueur, Liusaidh, nous sommes toutes et tous tellement ravis de cette nouvelle ! ». Une naissance était en effet un événement annonciateur de bonnes choses. Se rendant compte, néanmoins, qu'elle devait faire attendre péniblement Liusaidh, Moïra l'entraîna. «-Allons-nous installer confortablement tandis que nos hommes discuteront. J'imagine que ce sont des nouvelles qu'est venu apporter votre époux, n'est-ce-pas ? ». Entraînant sa jolie belle-sœur jusqu'à une petite pièce où elles pourraient se restaurer et se réchauffer, Moïra indiqua. « -Mon fils dormait à votre arrivée, mais dès qu'il sera réveillé, je le présenterais à sa très jolie tante … Nos enfants seront chanceux, Liusaidh, ils auront des cousins de leur âge ! ». Souriante, Moïra s'assit, attendant que sa belle-sœur fasse de même. « -Mais je parle … et je ne vous demande même pas comment vous allez, ma chère ? Voulez-vous boire ou manger quelque chose ? Peut-être avez-vous besoin d'une couverture pour vous réchauffer … le temps est encore bien froid, ces derniers temps ! ». Clairement, Moïra voulait que sa belle-sœur se sente bien et en confiance, dans sa demeure et elle faisait tout pour cela.



© will o' the wisp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Western Highlands and islands

▷ MESSAGES : 555
▷ INSCRIPTION : 12/02/2013
▷ LOCALISATION : Western Highlands and Islands
▷ ÂGE : 24 ans
▷ HUMEUR : calme

MessageSujet: Re: Le soutien d'une famille [Liusaidh]   Lun 4 Nov - 11:57

Le soutien d'une famille
Moïra


Le bateau restait l’épreuve la plus difficile dans chaque voyage que nous effectuions depuis que j’étais enceinte. Il fut quelques temps je croyais simplement avoir le mal de mer, maintenant je savais que mon mal venait d’autre chose. J’attendais un enfant et les voyages me fatiguait et me rendait malade. Mais Connor faisait partie du conseil de guerre du laird MacInstosh et nous devions alors leur rendre souvent visite, et donc quitter Skye. Bien que nous ne les ayons pas vus depuis quelques temps, Moïra avait donné naissance à un fils. Un petit garçon du nom d’Ichobald. Nous allions pouvoir le voir. Après douze d’attente la sœur de Connor avait enfin réussi à donner un second enfant un Aodhan et cette fois-ci un garçon.

Je posais une main sur mon ventre, et si notre bébé était une fille… Déjà que Connor était loin d’être ravi de devenir père, je craignais le pire si je donnais naissance à une fille et non à un héritier. Accoudée au bastingage, je respirais le grand air pour tenter de calmer mes nausées. Je sentis alors deux bras m’entourer et le torse de Connor se coller contre mon dos. Son visage contre ma tête, il parlait à mon oreille.

« Comment te sens-tu ? »

Je soupirais et me rapprochais de lui pour capter sa chaleur.

« J’ai connu mieux, j’ai hâte que l’on descende de ce bateau. »

Il rit doucement et posa un baiser dans mes cheveux.

Bien qu’il n’acceptait pas du tout ma grossesse, il était très prévenant et prenait grand soin de moi. J’avais le sentiment qu’il rejetait le bébé, que ce n’était qu’intrus dans notre vie…

Après de longues heures de trajet, la forteresse des MacIntosh se montrait à l’horizon, enfin. Nous fûmes accueillis par le laird et sa famille. A peine les salutations faites, Moïra s’approchait de moi, posant une main dans mon dos. Nous laissions les hommes à leurs affaires. Elle me dit alors qu’elle espérait que le voyage n’avait pas été trop pénible, dans mon état c’était souvent compliqué…Comment le savait-elle déjà ? Peu de personnes étaient au courant, seulement la famille de Connor. Elle s’expliqua aussitôt, sa mère lui avait envoyé un corbeau pour lui annoncer la bonne nouvelle, j’esquissais un sourire.

« Je dois dire que la traversée en bateau a été horrible. »

Les vagues étaient une vraie épreuve. Moïra m’entraina alors vers une petite pièce où nous pourrions être seules pendant que nos époux parleront.

« Oui je suppose. Nous avons rendus visite à ma famille, il doit avoir nombre de choses à dire à votre époux. »

Il n’avait pas espionné mais je savais qu’il rapporterait ce qu’il avait vu… La sœur de Connor semblait réellement enthousiaste de notre arrivée. Elle me parla alors de son fils nouveau-né. J’avais très envie de le voir, bientôt ca serait mon tour d’avoir un si petit enfant… Moïra ajouta que nos enfants auraient de la chance d’avoir des cousins de leurs âges. Je souriais, oui ils auront des compagnons de jeux.

« Oui ils pourront grandir ensemble. Votre aînée n’a pas eu cette chance. »

A maintenant treize ans, Eimhir avait grandi seule, sans frère et sœur, ni cousins. Alors que nous nous asseyons Moïra s’excusa de parler autant et me demanda alors si je voulais quelque chose à manger ou à boire, ou bien une couverture, le temps restait encore si froid en ce début de printemps.

« J’aimerais bien quelque chose à manger, je dois dire que j’ai faim. »

Je posais une main sur mon ventre qui commençait à s’arrondir.

« Ce petit me rend tantôt malade, tantôt il m'affame. »

Dis je sur le ton de la plaisanterie. Je préférerais avoir tout le temps faim et me débarrasser de ces nausées !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Western Highlands and islands

▷ MESSAGES : 84
▷ INSCRIPTION : 29/10/2013
▷ LOCALISATION : *
▷ ÂGE : 29 ans
MessageSujet: Re: Le soutien d'une famille [Liusaidh]   Lun 4 Nov - 14:37

Liusaidh & Moïra
La femme enceinte est comme le lait sur le feu ...


Une femme enceinte était comme le lait sur le feu : il fallait la surveiller avec acuité, prévenance et beaucoup d'attention. C'était donc ce que faisait Moïra Macintosh, concernant sa jolie belle-sœur. Moïra avait été très inquiète, pendant sa seconde grossesse. Elle craignait de perdre, chaque jour, cet enfant du miracle. Et maintenant, c'était sur Liusaidh qu'elle reportait ses craintes. En vérité, Moïra espérait encore qu'elle aurait l'occasion de donner la vie, mais c'était avant elle au tour de Liusaidh. En vérité, la jeune future mère semblait épuisée, et c'était fort compréhensible. Quand Liusaidh avoua combien le voyage avait été difficile, Moïra esquissa une petite moue. La pauvre, effectivement, on pouvait bien imaginer que prendre le bateau puis encore arriver jusqu'au domaine des Macintosh n'avait rien eu d'une partie de plaisir. « -Je comprends bien, ma douce … Néanmoins, nous sommes très heureux de vous avoir auprès de nous, maintenant que vous êtes arrivée ! » Moïra était sincère. Elle avait beaucoup apprécié cette jeune femme, quand elles s'étaient rencontrées et elle l'avait immédiatement fait rentrer dans la famille. Néanmoins, elle espérait que Connor la traitait comme une épouse était en droit d'attendre.

Maintenant qu'elles étaient seules, les langues se déliaient. Moïra Macintosh prêtait attention à ce que lui disait la jeune femme enceinte. Ainsi, ils étaient allés dans sa famille … Liusaidh était née Dingwall et avait permis de renouveler l'alliance qui existait, par son mariage. C'était une fort bonne chose. Toutefois … Moïra savait que si les alliances pouvaient se briser, il n'en allait pas de même des mariages et une bonne épouse devait prêter foi et loyauté à son époux et uniquement à lui. Ainsi, Moïra le savait, si un jour elle devait choisir entre son frère et son mari, Aodhan serait très vite favori. Car ainsi allait le monde. La femme mariée avait un statut particulier et il valait souvent mieux pour elle faire de son mieux pour rendre heureux son époux. Même si Moïra savait tout cela, elle savait aussi qu'en pratique, il était parfois bien difficile de faire ce qu'il convenait, quand son propre caractère venait se confronter à celui d'un époux. Mais avec le temps, elle progressait ou du moins, elle essayait. « -Comment cela s'est-il passé dans votre famille, Liusaidh ? Vous deviez être heureuse de pouvoir annoncer votre grossesse aux votres ! ».

Moïra était sans doute inconsciente de la réalité familiale de Liusaidh et demandait cela en toute innocence. Elle-même avait d'assez bonnes relations avec sa mère, même si elle trouvait que cette dernière laissait passer trop de choses à Connor. La pensée de sa fille aînée fit sourire douloureusement Moïra. La mère souffrait de ses relations difficiles qu'elle avait avec sa fille. Et il était exact qu'Eimhir n'avait pas eu la chance qu'aurait son petit frère. Les souvenirs affluaient dans l'esprit de Moïra, tandis qu'elle songeait à sa jeune enfant. Son petit trésor. Et pourtant, sa fille lui battait froid, désormais et commençait à avoir des opinions fortes, à l'instar de son père, ne se gênant pas pour faire remarquer à Moïra qu'elle avait, selon Eimhir, des positions ridicules. Dans un souffle, Moïra reconnut cela. « -En effet, Eimhir n'a pas eu cette chance … Mais peut-être qu'elle saura d'autant plus profiter de son petit frère, maintenant qu'elle est plus vieille. Au moins n'aurais-je pas la crainte de les voir se chamailler, comme je le faisais si souvent avec Connor, quand nous étions enfants ... ».

La demande de sa belle-sœur était bien naturelle et Moïra hocha la tête. «-Ne bougez pas ma chère, je reviens tout de suite avec de quoi vous sustenter ! Mettez vous à l'aise ! » Quittant brièvement la pièce, Moïra se rendit jusqu'à l'office, où elle s'empara d'une belle miche de pain, de fromage et d'autres produits de ce types, avec également cet excellent jus de fruit et du lait chaud parfumé au miel qu'elle gardait pour ce genre d'occasion. Apportant tout cela sur un plateau, elle pénétra à nouveau là où l'attendait très certainement sa belle-sœur. « -Tenez, Liusaidh, servez-vous ! » Il était plus plaisant de voir une femme enceinte manger que le contraire. Elle devait, après tout, se nourrir pour deux, maintenant. « -Je me souviens, lors de ma première grossesse, j'oscillais comme vous entre différents sentiments alimentaires ! Mais vous verrez, cela s'améliore avec le temps et on finit par perdre cette désagréable habitude d'être malade le matin, je vous le promets !». Moïra prit elle-même une tasse de lait chaud, afin de se réchauffer. «- Quelle chance d'être tombée enceinte si rapidement après le mariage, ma douce ! Cela a du vous emplir de joie ! ». La relation de Moïra vis à vis de la maternité était parfois un peu difficile, à cause des années de stérilité qu'elle avait connu …



© will o' the wisp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Western Highlands and islands

▷ MESSAGES : 555
▷ INSCRIPTION : 12/02/2013
▷ LOCALISATION : Western Highlands and Islands
▷ ÂGE : 24 ans
▷ HUMEUR : calme

MessageSujet: Re: Le soutien d'une famille [Liusaidh]   Lun 18 Nov - 19:01

Le soutien d'une famille
Moïra


Maintenant Connor faisait partie du conseil de guerre d’Aodhan, il avait prouvé sa valeur et son beau-frère écoutait ce qu’il avait à dire. Je savais que mon époux était très fier d’avoir eu cette place que son frère n’avait jamais eu… Mais le seul problème était qu’il devait se rendre à la forteresse MacIntosh souvent. Je n’aimais guère passer du temps seul chez nous alors je l’accompagnais. J’appréciais grandement sa sœur Moïra et Rowena la sœur du laird MacIntosh. Mais depuis que j’étais enceinte les voyages étaient quelques peu tumultueux. J’étais très malade et le balancement des vagues ou même d’un cheval n’arrangeait en rien mon état. J’aurais pu rester sur Skye mais cette fois-ci on se déplaçait pour un évènement spécial. En effet l’hériter des MacInsotsh était né, le petit Ichabold, treize ans après son ainée. Isabeail était avec nous, également que la mère de Connor qui était grand-mère après tout !

Le voyage fut long et compliqué pour moi, c’est avec soulagement que je vis la forteresse se dessiner sous nos yeux. Moïra me prit aussitôt en charge alors que les hommes s’isolaient pour parler. Je me doutais que Connor allait raconter à son Laird ce qu’il avait vu et compris lors de notre voyage chez les miens. Il y avait un grand nombre de choses à dire j’en étais persuadé. Mais j’étais ravie que ma belle-sœur me prenne à part, après ce long voyage je n’avais guère envie de parler politique. Moïra me demanda alors comment notre viayge chez les miens s’était passé, ils avaient du être heureux d’apprendre ma grossesse.

« A vrai dire nous avons passé un mauvais séjour… »

Je soupirais, ce voyage avait réellement été une erreur…

« Je ne savais pas encore que j’étais enceinte quand nous étions là-bas. Et ma mère m’a ardemment reproché de ne pas être enceinte, nous nous sommes disputés assez violemment. Elle n’a jamais été très douce avec moi, je n’étais jamais assez parfaite pour elle… Cela a été très éprouvant, heureusement Connor était là. Nous ne nous sommes pas éternisés… »

Maintenant je savais que ma famille était celle de Connor, c’était là mon chez moi. Bien sur Raghnall et Brendan resteront toujours mes frères, nous partagions le même sang, mais nos vies seront bien éloignées dorénavant. Mon futur serait avec les MacDonald. Moïra me fit alors remarquer que nos enfants auraient des cousins du même âge pour jouer et grandir. C’est vrai que c’était positif pour eux. Quand je voyais le genre de lien qui unissait Connor et Iain, j’étais heureuse que mon enfant puisse avoir ce genre de lien dans sa famille. Je fis alors remarquer à ma belle-sœur, que sa fille ainé n’avait pas eu cette chance. Elle me répliqua alors qu’elle profiterait sans doute encore plus de son petit frère et qu’ils ne se chamailleraient pas comme elle avait ou le faire avec Connor. J’esquissais un sourire.

« Est-elle heureuse d’avoir un petit frère à son âge ? »

Ca ne devait pas être évident d’avoir un frère à treize ans, toute sa vie, son équilibre allait être chamboulée.

« Je suis certaine que Connor était un frère horrible, il devait prendre un malin plaisir à vous martyriser avec Isabeail. »

Je l’imaginais. J’espérais que notre enfant lui ressemblerait…

Moïra proposa alors de quoi manger et boire. Et je dois dire que mon estomac commençait à crier famine. Je n’avais guère mangé le matin en prévision de prendre le bateau et sans cela avec le bébé j’avais des fringales comme des nausées, c’était vraiment insupportable. La sœur de Connor revint avec un plateau chargée de boissons et de quoi manger. Elle posa tout ca, je me servis un verre de lait chaud, quel délice. Je pris également un petit bout de pain que je picorais doucement. Elle me dit alors que elle aussi pour sa première grossesse, elle avait été malade, mais que ca passerait. Je soupirais, j’espérais que ca passerait vite.

« J’espère que vous dites vrai, je suis malade chaque jour, je n’en peux plus… »

Je buvais une autre gorgée de lait chaud quand Moïra me dit que c’était formidable de tomber si rapidement enceinte, que je devais être ravie. J’esquissais un sourire.

« Cela fait près de six mois que nous sommes mariés, j’avais peur d’être incapable de lui donner des enfants… »

Il aurait peut-être mieux vallu. Je soupirais et mon regarde se voila de tristesse.

« J’étais heureuse, je voulais à tout prix ce bébé, de tout mon cœur. Et je pensais que Connor aussi, mais non… Il accepte très mal ma grossesse, il voit ce bébé comme intrus dans notre vie, il ne se sent pas prêt à devenir père et à chambouler son existence… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Western Highlands and islands

▷ MESSAGES : 84
▷ INSCRIPTION : 29/10/2013
▷ LOCALISATION : *
▷ ÂGE : 29 ans
MessageSujet: Re: Le soutien d'une famille [Liusaidh]   Mer 20 Nov - 12:47



    Décidément, pensait Moïra Macintosh en observant sa désormais nouvelle belle-sœur, la vie n'était facile pour personne, en temps de guerre. Liusaidh semblait sincèrement ébranlée par quelque chose et Moïra se demandait comment elle pouvait consoler la future mère. On disait souvent que les émotions des jeunes mères étaient exacerbées et en ce qui concernait Moïra, c'était totalement vrai : elle se sentait prise d'une compassion et d'une émotion toute particulière en regardant sa jolie belle-sœur, visiblement si triste. Alors que Moïra avait espéré que la visite chez des Dingwall aurait aidé Liusaidh, il semblait bien que cela avait été tout le contraire. N'osant pas relever les propos ni questionner vraiment plus en détail la jeune femme, Moïra lui laissa un instant pour développer ou non, ce qui s'était passé. Le regard interrogateur, la femme d'Aodhan se demandait bien comment elle allait pouvoir consoler Liusaidh car pour le moment, hormis prendre dans ses bras Liusaidh en lui répétant qu'elle était là, pour elle, Moïra était quelque peu décontenancée. Elle ne s'attendait pas à ce que lui apprenait sa petite belle-sœur et en était bien désolée … Non, décidément, la vie n'était facile pour personne.

    Emue, Moïra ne put s'empêcher d'émettre une légère exclamation, en entendant la manière dont la mère de Liusaidh s'était conduite avec elle. Décidément, il y avait de bien méchantes personnes sur ces terres … Secrètement, Moïra espéra que son frère Connor avait envoyé paître sa désagréable belle-mère : personne n'avait le droit de s'en prendre ainsi à une jeune épousée. L'épouse d'Aodhan savait ce que c'était, d'attendre, mois après mois, la venue d'un enfant qui n'arrive jamais et si pour Liusaidh, cela faisait quelques mois, pour Moïra, cela avait duré plus d'une dizaine d'années avant qu'elle ne parvienne à redonner la vie, par miracle. Secouant la tête, Moïra compatit avec l'épouse de Connor. « -Ne vous laissez pas déstabiliser par de vilaines paroles, Moïra. Désormais, nous sommes votre famille et les MacDonald ne sauraient vous reprocher de ne pas enfanter aussi vite que vous le souhaiteriez … 6 mois de mariage, qu'est-ce-donc ?! » Mais décidant de faire contre mauvaise fortune bon cœur, Moïra sourit à Liusaidh. « -Votre grossesse est un beau pied de nez à votre maman, de ce fait, Liusaidh. Félicitations, de tout mon cœur... Ce petit être s'est installé en vous au bon moment ! »

    Le but de Moïra était de réconforter Liusaidh et de lui donner le courage d'affronter les mois à venir, car ceux-ci ne seraient pas nécessairement meilleurs que les précédents. L'âge avait appris à Moïra que tout pouvait arriver : le meilleur comme le pire et en conséquence, il fallait donc s'attendre à tout et son contraire et ne pas trop se projeter. Et ainsi, parler de sa fille attrista un peu Moïra qui se rendait bien compte qu'elle était encore bien trop éloignée de sa fille, malgré ses efforts des derniers temps. « -Je dois dire que je ne sais pas trop … Ma fille ne se confie pas facilement. » Ou en tout cas, pas à sa mère, malheureusement. « -Néanmoins, même si ce n'est pas encore le cas, je suis sûre qu'elle ne pourra pas résister longtemps à Ichabold. Cet enfant est un véritable petit miracle et tellement adorable déjà. Je crois qu'Aodhan en est fou ! "

    Moïra ne pouvait pas deviner que sa jolie belle-sœur risquait d'être blessée par ces propos, puisque Connor avait du mal à se faire à son nouveau statut. Mais quand Liusaidh le lui confia, Moïra comprit que se trouvait la véritable tristesse de sa belle-sœur. Secouant doucement la tête, elle se leva, dans le but de s'approcher « -Vous savez ma douce, on dit qu'il y a a une raison au fait qu'une grossesse dure 9 mois ; ce sont 9 mois pour que chacun des parents se fassent à l'idée de l'arrivée d'un nouvel être. Laisser du temps à Connor … Voudriez-vous que je lui en parle ? ». Moïra n'était pas très proche de son frère, mais dans l'intérêt de Liusaidh et de sa famille, elle ferait l'effort d'en parler à son frère, si Liusaidh le voulait. « -Faites confiance à la magie de la filiation... Je suis certaine que lorsque mon frère verra votre enfant, il en sera tout aussi fou qu'Aodhan. Parfois, les hommes ont besoin de voir concrètement les choses pour mieux les appréhender. » Secouant la tête d'un air de dépit, Moïra ne put s'empêcher de faire une remarque un peu acerbe sur Connor. « -Décidément, Connor ne fera jamais ce qu'on attend de lui ! ». Oui, les relations entre le frère et la sœur étaient tendues, même si désormais plus cordiales

    C'est ce moment que choisit le petit Ichabold pour faire entendre qu'il avait de la voix. Il était dans l'une des pièces à côté, mais la jeune mère l'entendait très souvent dès le premier petit cri Moïra se détourna alors de Liusaidh. « -Je vais chercher le petit monstre, on dirait bien qu'il est réveillé. Vous pourrez le voir, ainsi ! ». Quittant la pièce, Moïra se dirigea vers le berceau de son fils, qu'elle prit le temps de couvrir d'un châle, avant de l'amener à Liusaidh. Il était encore si petit … S'asseyant à nouveau, Moïra eut un long sourire de contentement. « -Je vous présente Ichabold Macintosh, Liusaidh MacDonald ! ». Fière comme un coq de son fils.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Western Highlands and islands

▷ MESSAGES : 555
▷ INSCRIPTION : 12/02/2013
▷ LOCALISATION : Western Highlands and Islands
▷ ÂGE : 24 ans
▷ HUMEUR : calme

MessageSujet: Re: Le soutien d'une famille [Liusaidh]   Jeu 28 Nov - 14:00

Le soutien d'une famille
Moïra


Les histoires de famille n’étaient jamais simple et il n’y avait pas une famille où tout était parfait. La mienne était particulièrement compliquée mais je n’étais surement pas la seule. Au moins avais-je eu la chance d’avoir des frères aimants, qui avaient toujours tout fait pour moi. Je leur avais joués de sacrés tours, ils ne m’avaient jamais rien dit, j’étais leur petite sœur, tout m’était permis. Mon père aussi avait été un père d’exception. Il n’avait jamais cherché à faire de moi une parfaite petite lady comme ma mère. Il m’avait laissé me rouler dans la boue avec mes ainées et il avait toujours pris ma défense. Mais encore plus important pour un père envers sa fille, il s’était occupé de moi. Après tout j’étais le troisième enfant, et une fille de surcroît. Il aurait pu se détourner de moi pour s’occuper uniquement de mes ainés. Sa mort avait été une période très difficile…

Moïra étouffa une exclamation lorsque je lui racontais ce qu’il s’était passé lors de notre voyage chez les miens dans les Eastern. Il est sur qu’avec une mère comme celle qu’elle avait eu, il était difficile d’imaginer que toutes les mères n’étaient pas comme ca. La mère de Connor et de Moïra était une femme si douce, si gentille et aimante. Le parfait contraire de ma mère. Elle me dit alors de ne pas me laisser déstabiliser par ce genre de paroles. C’était bien plus simple quand ce genre d’horribles paroles ne sortait pas de la bouche de votre propre mère. Elle me dit alors que six mois n’était rien… Il est vrai qu’elle avait attendu treize ans avant de donner à son époux un second enfant… Je ne devais pas trop me plaindre alors. Mon bébé était arrivé au bon moment. Je soupirais, posant une main sur mon ventre à peine arrondi.

« Je ne sais pas si c’est réellement le bon moment… Mais après tout c’est ce que l’on attend de notre mariage. »

Un mariage était un union entre deux familles pour produire des héritiers…

Le sujet dévia alors sur le bébé du Laird. Le petit Ichabold était né il y a peu, changeant la vie de la famille MacIntosh. Moïra et Aodhan se retrouvaient parents d’un tout petite être et Eimhir devenait grande sœur. Je demandais alors à la sœur de Connor, comment sa famille vivait l’arrivée de son petit frère. Après tout elle avait été fille unique pendant treize ans. Je savais de par mon époux que les relations entre la mère et la fille étaient tendues. La jeune Emhir ne voulait pas être une lady et ne s’entendait pas avec sa mère. Alors qu’elle vouait une véritable adoration à son père. Moïra me dit alors qu’elle finirait par craquer, Ichabold était un miracle et visiblement son papa en était fou. J’esquissais un sourire en imaginant Aodhan en papa tendre.

« Je suis sure qu’elle finira par s’y attacher. Elle pourra lui apprendre tellement de choses. »

Ma belle-sœur avait de la chance d’avoir un époux qui aimait son rôle de père, Connor en était bien loin. Je doutais même qu’il soit prêt un jour. Ce bébé pour lui était un chamboulement, il ne se sentait pas prêt à devoir s’occuper d’une autre personne que lui. Il arrivait déjà tout juste à supporter notre vie à deux, alors bientôt nous serons trois…Un sourire se dessina sur le visage de la jeune femme, elle savait visiblement de quoi je parlais. Elle me dit alors qu’une grossesse durait neuf mois également pour ca. Les futurs parents devaient se faire à l’idée d’accueillir un nouvel être. Je savais que Connor avait besoin de temps, mais moi j’étais terrifiée par cette grossesse et j’avais besoin de lui près de moi.

« Je sais qu’il a besoin de temps… Mais moi j’ai besoin de lui à mes côtés, je ne peux pas affronter cela seule. »

Elle me dit alors de faire confiance à la filiation. Lorsqu’il verrait notre enfant, il en serait fou instantanément. Je n’en n’étais pas certaine, connaissant Connor. Il verrait notre bébé et ne verrait pas d’autre différence avec les autres bébés qu’il aurait déjà vu.

« Oui les hommes ont une assez mauvaise imagination. Vous aussi, Aodhan avait du mal à appréhender son futur rôle…»

C’était difficile à croire quand on voyait le père fantastique qu’il était.

Soudainement l’air fut parcouru d’un cri. Un cri d’enfant. Moïra se leva aussitôt pour aller le chercher dans la pièce d’à côté. Elle revint quelques instants plus tard avec son fils dans les bras, elle se remit se sa place me montrant son fils.

« Il est si petit… »

Et dire que bientôt nous en aurions un comme ca…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Western Highlands and islands

▷ MESSAGES : 84
▷ INSCRIPTION : 29/10/2013
▷ LOCALISATION : *
▷ ÂGE : 29 ans
MessageSujet: Re: Le soutien d'une famille [Liusaidh]   Sam 30 Nov - 10:17



    Pauvre Liusaidh … Elle n'avait pas vraiment été gâtée. Entre une famille -et surtout une mère- très particulière et un époux qui paraissait aussi maladroit qu'un pied de chaise, la pauvre épouse devait certainement être totalement perdue. Heureusement -attention les chevilles, Moïra- elle avait une belle-sœur et un beau-frère -Aodhan était adorable et saurait mettre Liusaidh à l'aise, Moïra en était certaine- sur qui elle pouvait compter. Visiblement, il fallait de toute urgence remonter le moral de la future mère, car ce n'était pas bon pour l'enfant que celle-ci reste à se lamenter. Du moins, c'est ce que racontait les vieilles femmes et les sage-femmes. Mais plus qu'inquiète pour l'enfant -Moïra savait que les enfants avaient des ressources incroyables- elle craignait pour sa petite belle-sœur. Certes, les MacDonald étaient très certainement accueillant -surtout la mère de Moïra et Connor- mais pour autant, Liusaidh avait tout quitté pour se marier, comme toutes les femmes, et il fallait à toutes un temps d'adaptation.

    Les yeux de Liusaidh laissaient transparaître ses doutes et ses inquiétudes et Moïra la comprenait, bien sûr. Pour autant, que faire ? Comment redonner espoir et sourire à la femme de Connor, sans lui promettre pour autant monts et merveilles ? Moïra était quelque peu gênée, car elle ne pouvait promettre que Connor serait un mari et un père fabuleux -même si elle l'espérait tout à fait sincèrement. On attendait beaucoup de choses des mariages, bien entendu. C'était dans l'ordre des choses. On se mariait pour créer des alliances et mettre au monde des héritiers.

    « -Je crois, ma douce, que c'est ce qui est attendu de tous les mariages … Créer une alliance et donner des héritiers. Quelque ait été votre époux, il en aurait été de même. »

    Les propos de Moïra n'étaient pas vraiment de nature à consoler, mais elle voulait que Liusaidh comprenne qu'elle n'était pas un cas isolé et que surtout, ce n'était pas un mal qu'un mariage amène des enfants et des héritiers, au contraire. C'était naturel, bon et voulu. Elle-même avait été tellement triste de ne pas réussir à donner plus d'enfants à son époux. Néanmoins, elle était encore en âge et si Dieu le voulait, elle tomberait encore enceinte et compléterait la fratrie que formait désormais sa fille aînée et le petit Ichabold.

    Concernant les rapports entre Ichabold et sa sœur aînée, Moïra espérait secrètement -mais pour autant sincèrement- que sa fille allait se rapprocher du petit être qu'elle avait mis au monde et d'elle par la même occasion. ¨Moïra l'espérait, très fort, que Ichabold soit ce petit miracle qui allait réconcilier la famille entière. Parfois, la roue tournait et le bonheur pouvait revenir paisiblement sur les terres des Macintosh, du moins, c'est ce qu'espérait la jolie brune. Elle donnerait tout pour ses enfants, sa famille, son époux. Et cela lui brisait le cœur de voir sa fille se détacher inexorablement d'elle. C'était … douloureux. Comme si on lui arrachait le cœur.

    « -Je le souhaite comme vous … Et peut-être comprendra-t-elle ainsi que la vie de Lady a quelques avantages dont celui-ci. »

    Sa fille refusait de se conduire comme une femme. Pourtant, Moïra le pensait, il y avait des avantages certains au fait d'être une femme et une épouse. Surtout quand on était si bien marié qu'elle. Et Eimhir pourrait faire un beau mariage et être heureuse ainsi, Moïra l'espérait. Elever des enfants n'avait peut-être pas l'attrait de la guerre, mais cela apportait tant de jolies choses !
    Liusaidh paraissait effrayée par la grossesse. Moïra eut un léger sourire. Les femmes comptaient sur les hommes pour les comprendre, mais ceux-ci en étaient parfois incapables. Ne souhaitant pas démoraliser sa jeune belle-sœur, toutefois, Moïra donna une idée. « -Si votre époux n'est pas capable encore de vous rassurer, pourquoi ne vous tournez vous pas vers d'autres femmes ? Je suis certaine que ma mère et ma sœur se feraient un plaisir de vous aider à chasser vos angoisses, Liusaidh. Parfois, il convient de se serrer les coudes entre femmes. »

    Ce n'était évidemment qu'une suggestion et la jeune femme en ferait ce qu'elle voulait. Revenant avec son enfant dans les bras, Moïra vit sur les traits de Liusaidh passaient différentes émotions. Oui, la naissance d'un enfant était un chamboulement. « -Voulez-vous le prendre dans vos bras, Liusaidh ? Je serais ravie que vous vous découvriez tous les deux ! » Tout en disant cela, la jeune mère se leva, afin de venir apporter l'enfant à sa belle-sœur. « -Ne vous inquiétez pas, ils semblent très bien petits au début, mais ensuite, on s'y fait.... C'est juste une question d'habitude ! ». Elle espérait rassurer sa belle-sœur ainsi, mais rien n'était moins sur : les réactions d'une future mère étaient incertaines.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Le soutien d'une famille [Liusaidh]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le soutien d'une famille [Liusaidh]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Lettre de l'alcoolique à sa famille
» soutien et aide pour entourage korsakoff
» La famille DIOR
» Famille de Clercy évoquée par Claude LESUEUR maire du Tilleul
» Les noms de famille de l'Orne
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
▷ WILL O' THE WISP  :: Domaine des Macintosh-