AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum fermé.

Partagez | 
 

 Quand la fratrie est réunie [Isea et Connor]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Western Highlands and islands

▷ MESSAGES : 84
▷ INSCRIPTION : 29/10/2013
▷ LOCALISATION : *
▷ ÂGE : 29 ans
MessageSujet: Quand la fratrie est réunie [Isea et Connor]   Dim 3 Nov - 19:01

center>
Moïra & Connor & Iseabail
La force de la famille


L'arrivée des MacDonald était à la fois un plaisir et une souffrance pour Moïra Macintosh. Ils étaient venus, les uns et les autres, annoncer à Aodhan la triste mort de Raghnall Dingwall, le frère de Liusaidh. Alors, si Moïra était très heureuse d'avoir sous son toit Liusaidh ou encore sa jeune sœur Iseabail, elle savait aussi que leur venue était annonciatrice de bien sombres histoires pour l'Ecosse. Maintenant que les Dingwall avaient changé de chef de clan, rien ne disait qu'ils continueraient à être un soutien pour les Macintosh et cela mettait en danger plus que jamais, ceux qu'aimait Moïra. La nouvelle apportée par Connor n'avait pas été facile à accepter, loin de là, et il avait fallu à Moïra toute sa concentration pour ne pas repartir une nouvelle fois dans une des crises de panique qui étaient à l'origine de ses différends avec son époux. Plus le temps passait et plus Moïra avait fini par craindre pour la vie de son époux et de sa famille. Ce n'était pas une peur irrationnelle, car il était certain que son époux prenait bien des risques. Mais néanmoins, cela était arrivé chez elle à un niveau qui dépassait de loin toute idée de rationalité : cela la paralysait et l'empêchait même d'être proche de ceux pour qui elle aurait pourtant tout donné. Avec la naissance du petit  Ichabold, pourtant, Moïra s'était promis de faire des efforts, mais son univers était une nouvelle fois bouleversée et cela avait été bien difficile à accepter.

A peine arrivés chez les Macintosh, Moïra avait tout de suite pris sur elle de s'occuper de sa jeune belle-sœur, Liusaidh, qui était enceinte de quelques mois, pour la plus grande joie de Moïra. Elle-même avait eu un enfant très récemment, un petit Ichabold, dont elle prenait le plus grand soin. Pour la jeune femme d'Aodhan,  c'était l'enfant du miracle, celui qu'elle n'espérait plus avoir, mais aussi et surtout celui qui, elle l'espérait, allait symboliser le renouveau de leur amour. C'était là des espoirs qui pouvaient sembler futiles, en temps de guerre, mais la jeune femme avait immensément besoin de pouvoir se raccrocher à ce genre de choses et de croire qu'elle pourrait, un jour, vivre autrement sa condition de femme, d'épouse et même de mère.

Avec cette nouvelle, Moïra n'avait pas encore pu prendre le temps de profiter de sa famille comme elle l'entendait. Certes, elle aurait plus volontiers passé du temps avec Iseabail qu'avec Connor, mais elle concevait bien qu'il serait tout à fait déplacé de ne même pas accorder un instant à son frère. Certes, Connor ne serait jamais l'égal de leur frère aîné, tragiquement disparu, mais il pouvait être, toutefois, un homme qu'elle pouvait respecter. Le surlendemain de l'arrivée des MacDonald sur le domaine des Macintosh, cependant, Moïra se retrouva en présence de sa sœur et de son frère. La fratrie réunie, même si un manquerait toujours à l'appel. Ils étaient tous trois dans la salle principale du château, où on ne manquerait sans doute pas de servir bientôt le repas du milieu de la journée. Pour le moment, le reste de la famille devait vaquer à ses occupations.
Désireuse que tout se passe bien, Moïra s'approcha de sa jeune sœur. Iseabail lui manquait beaucoup, depuis son mariage et elles avaient pris l'habitude de communiquer dès qu'elles le pouvaient, par le biais de missives qui leur permettaient de ne pas se perdre de vue. C'était là une bonne chose pour Moïra qui trouvait réconfort et amour auprès de Iseabail. Elle savait d'ailleurs depuis peu que sa jeune sœur avait trouvé également écoute et attention auprès d'un jeune homme qui lui rendait cet amour. C'était là assez rare pour être souligné, car généralement, les jeunes femmes étaient mariées bien avant d'avoir eu le temps de conter fleurette. Mais tout avait été bouleversé, avec la guerre. Peut-être aurait-elle aussi finalement des effets positifs ?

S'emparant de la main de sa jeune sœur, Moïra décida de prendre un temps un peu formel afin de leur souhaiter la bienvenue comme il convenait. La veille, elle avait été si désireuse de s'occuper de Liusaidh qu'elle avait négligé le reste des invités. « -Je profite que nous soyons seuls tous les trois pour vous glisser quelques mots ... Je suis heureuse de vous avoir auprès de nous, malgré ces biens tristes circonstances … Veuillez m'excuser tous les deux si je ne vous ai pas accueilli convenablement hier soir mais je tenais tant à ce que Liusaidh ait tout ce qu'il fallait pour se remettre du voyage. Et ensuite, après ton annonce, je dois bien avouer que je n'avais peut-être pas le cœur à vous ouvrir le mien. Quoi qu'il en soit, j'espère que vous vous plairez ici... Iseabail, c'est un vrai bonheur que de vous avoir parmi nous, vous me manquez terriblement … Quant à vous, Connor, j'ai été si heureuse de savoir que votre femme attendait un enfant … Je tenais à vous féliciter, vous allez devenir Papa ! ». Moïra ne disait pas cela au hasard : elle était bien curieuse de voir comment allait réagir son frère au fait d'être un futur père. Bizarrement, elle sentait que cela n'allait pas couler de source, pour Connor, que d'avoir des enfants. Mais Moïra allait savoir très vite si elle avait vu juste ou non.



© will o' the wisp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Western Highlands and islands

▷ MESSAGES : 866
▷ INSCRIPTION : 19/03/2013
▷ LOCALISATION : Western Highlands and Islands
▷ ÂGE : 31 ans

Un MacDonald se bat pour ce qui lui appartient.

MessageSujet: Re: Quand la fratrie est réunie [Isea et Connor]   Lun 4 Nov - 10:59

Moïra & Connor & Iseabail
La force de la famille


Le destin semblait jouer des tours bien cruels aux mortels... Alors que toute la famille se réjouissait de la venue d'un héritier chez les Macintosh, il fallait qu'une bien triste nouvelle vienne jeter un voile noir sur la joyeuse réunion. Une naissance... Une mort. Et même deux. Cela semblait équilibrer les choses. Même si je me serais bien gardé de tenter d'apaiser la peine de Liusaidh en parlant ainsi. On pouvait même associer sa grossesse à cet équilibre. Finalement, jamais elle ne pourrait prouver à sa mère combien elle avait eu tort de la traîner dans la boue et la traiter plus bas que terre en remettant en cause sa fertilité. Si Liusaidh avait été déçue de son voyage dans les Easterns Highlands à cause des réflexions désagréables et du mépris de sa mère, elle avait tout de même été heureuse de revoir ses frères qu'elle adorait, même s'ils se déchiraient. Et voilà qu'elle ne pouvait plus que pleurer son aîné, fauché dans la fleur de l'âge. Il laissait une veuve et un enfant nouvellement né. Je n'avais pas de peine pour la mort de mon beau-frère. Même si Raghnall s'était montré courtois avec moi, je n'avais aucune affection pour lui et guère de respect. Mais que Brendan prenne les rênes n'était pas pour me rassurer. Il était probablement plus compétent que son aîné, mais plus ambitieux et plus retors également. Ce n'était pas forcément une bonne nouvelle pour nous... Les prochaines semaines allaient voir de nouvelles tentatives diplomatiques.

Ce qui me rendait maussade, c'était surtout la peine de Liusaidh. Elle qui était si heureuse de découvrir l'enfant de Moïra et de pouvoir parler de sa grossesse avec les femmes, d'être félicitée et guidée, la nouvelle avait eu l'effet d'un coup de massue. J'étais inquiet pour elle, surtout au vu de son état. Et si cela provoquait une fausse couche ? Si elle se laisser plonger dans la mélancolie ? J'avais passé de longues heures à tenter de la réconforter. Moïra s'était montrée des plus délicates et compréhensives avec Liusaidh. Pour cela, je lui étais reconnaissant. Heureusement que ma famille acceptait plutôt bien la jeune femme, qui n'était, finalement, qu'une étrangère. Au moins était-elle entourée dans cette épreuve.

J'avais eu l'occasion de rencontrer mon neveu le jour de notre arrivée. Et cela ne pouvait que me renvoyer à mon avenir, assez proche. Dans quelques mois, les rôles seraient inversés et ce serait Aodhan et Moïra qui nous féliciteraient pour la naissance d'un héritier chez les MacDonald. Et je n'étais pas très enthousiasme quand je me projetais dans cet avenir. Heureusement, aucune des femmes n'avait eu l'idée saugrenue de me demander de prendre Ichabold dans mes bras, en vue de m'entraîner ou simplement pour voir ce que cela donnerait. Peut-être se doutaient-elles inconsciemment que j'aurais refusé. Le fils de ma sœur était sans doute un beau bébé, bien que pour moi, ils se ressemblaient tous et que je ne trouvais pas cela merveilleux, mais je n'avais aucun élan d'affection pour cette petite chose peu intéressante. De quoi craindre le pire quand le mien naîtrait. C'était une idée tellement abstraite...

Iseabail avait réussi à me traîner avec elle jusqu'à la grande salle. Liusaidh était entre de bonnes mains, celles de ma mère et ma jeune sœur m'avait convaincu de prendre un peu l'air, pour être plus apte à épauler mon épouse ensuite. A ma grande surprise, la salle était presque déserte. Il n'y avait que Moïra et pour la première fois depuis bien longtemps, nous nous retrouvâmes seuls tous les trois. Je ne parvenais même pas à me rappeler quand cela était arrivé... Nous n'étions pas très liés. Enfin, mes sœurs l'étaient, mais pas vraiment avec moi. Et c'était ma faute, je le savais parfaitement. Moïra s'empara des mains d'Isea, avant de prendre la parole, s'excusant d'avoir manqué à ses devoirs en privilégiant Liusaidh. Elle me félicita pour la grossesse de Liusaidh. C'était normal.

« Merci. »

Laconique. Et sans timbre. Je demeurais prudent avec cette nouvelle. Je n'avais aucunement l'étoffe pour ce nouveau rôle. Et mes craintes étaient grandes.

« Et merci pour ce que vous avez fait pour mon épouse. J'y suis sensible et elle également. C'est un drame pour elle, elle aimait sincèrement son frère. »

Moïra aurait sans doute pu y voir là un reproche, si l'on comparait avec notre propre histoire... Avec ses mots jetés dans un moment de douleur, mais jamais oubliés. Le bon frère était mort, il ne restait que le mauvais. Elle avait du faire avec et même si elle s'était excusée... Je ne digérais pas cette préférence. Mais tous avaient toujours préféré Allen, de toutes façons. Moïra n'avait sûrement dit tout haut que ce que tous pensaient tout bas.

« Je suis cependant navré que cette nouvelle vienne jeter un voile sur votre propre bonheur. Aodhan et vous avez le droit d'en profiter. »

Après les épreuves qu'ils avaient traversé... Ces longues années de stérilité, les disputes dans le couple... Je n'étais pas dupe de tout cela, même si je n'en parlais guère.



© will o' the wisp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Western Highlands and islands

▷ MESSAGES : 43
▷ INSCRIPTION : 23/08/2013
▷ LOCALISATION : .
▷ ÂGE : 24 ans

©another.pan
MessageSujet: Re: Quand la fratrie est réunie [Isea et Connor]   Ven 8 Nov - 21:00

Moïra & Connor & Iseabail
La force de la famille


Je me réjouissais de retrouver ma soeur, enfin. Notre dernière rencontre semblait remontée à une éternité, bien que nous passions notre temps à communiquer par corbeaux. C’est lors de ces échanges que je lui avais avoué avoir trouvé l’amour. Je n’avais pas peur de dire à Moïra que mon coeur s’emballait à chaque fois que je me retrouvais en sa présence. En ce qui concernait Connor, c’était une autre histoire. J'espérais que Moïra intercéderait en ma faveur lorsque j’annoncerais l’existence de mon aimé. J’avais préparé mon discours depuis le jour où j’avais appris que nous irions chez les Macintosh afin de féliciter Lord Aodan et Moïra. Malheureusement, mes projets avaient été entaché par une terrible nouvelle. Ma belle-soeur Liusaidh avait perdu son frère, Lord Raghnall. Nous n’étions pas spécialement amis avec cet homme, mais il restait le beau-frère de Connor et Liusaidh faisait aujourd’hui partie de la famille. Si j’avais pu voir Moïra ce jour-ci, je n’avais pas eu l’occasion de profiter d’elle, nous étions toute deux affairés à réconforter l’épousée de Connor.
En ce jour, les choses étaient plus calmes, je décidais donc de mettre mon plan à exécution. Lorsque je voyais que la vie ne tenait qu’à un fil, que du jour au lendemain, tout pouvait basculer, j’avais envie de passer la mienne avec celui que j’aimais et je voulais que Connor l’accepte. Il faut dire que j’avais vingt-quatre ans et que je commençais à être considérée comme vieille fille. J’avais réussi à entraîner Connor à ma suite, je l’avais convaincu de prendre l’air avec moi, de se changer les idées et puis Liusaidh était en compagnie de notre mère et je savais que cette dernière était de bonne compagnie lorsqu’on avait du chagrin. Nous nous retrouvions rapidement dans la grande salle, il n’y avait personne, l’atmosphère était lourde, mais je restais déterminée. Je ne m’étais jamais sentie à l’aise en la présence de Connor, mais je voulais faire des efforts, je voulais que nous nous entendions. Moïra fit son entrée et elle se dirigea vers moi. Me prenant la main, elle ouvrit la discussion.

« -Je profite de ce que nous soyons seuls tous les trois pour vous glisser quelques mots ... Je suis heureuse de vous avoir auprès de nous, malgré ces biens tristes circonstances … Veuillez m'excuser tous les deux si je ne vous ai pas accueilli convenablement hier soir mais je tenais tant à ce que Liusaidh ait tout ce qu'il fallait pour se remettre du voyage. Et ensuite, après ton annonce, je dois bien avouer que je n'avais peut-être pas le cœur à vous ouvrir le mien. Quoi qu'il en soit, j'espère que vous vous plairez ici... Iseabail, c'est un vrai bonheur que de vous avoir parmi nous, vous me manquez terriblement … Quant à vous, Connor, j'ai été si heureuse de savoir que votre femme attendait un enfant … Je tenais à vous féliciter, vous allez devenir Papa ! »

Je restais silencieuse, ce n’était pas mon tour de parler, je laissais donc Connor répondre tout en tenant la main de ma soeur fermement.

« Merci. Et merci pour ce que vous avez fait pour mon épouse. J'y suis sensible et elle également. C'est un drame pour elle, elle aimait sincèrement son frère. Je suis cependant navré que cette nouvelle vienne jeter un voile sur votre propre bonheur. Aodhan et vous avez le droit d'en profiter. »

Je ne pouvais être que d’accord avec lui, la situation était cocasse, triste et en même temps, heureuse. Pour ma part, l’agitation m’avait rendue encore plus stressée, tendue. Je tournais les yeux vers Moïra et lui adressait un sourire, j’étais heureuse d’être tatie.

« Félicitation Moïra. Bien que la situation de ce prête par aux réjouissances, je reste heureuse pour vous. »

Liusaidh savait que j’étais de tout coeur avec elle et que je la soutenais, nous étions devenue amies, j’avais trouvé en elle une alliée, une soeur de substitution. Je n’osais pas prendre la parole, comme si parler de ce bonheur que je partageais avec un homme serait égoïste vis-à-vis du malheur de Liusaidh, mais il fallait que je lui explique qu’à mon âge, j’aurais pu être marié mille fois et bien qu’il m’ait évité beaucoup de mariage malheureux, aujourd’hui que je pensais avoir enfin trouvé le bonheur, je voulais qu’il m’accorde sa bénédiction et qu’il accepte cette union. J’avais souvent réfléchi à ce que je ferais si Connor ne voulait pas. J’avais imaginé faire des caprices, mais je savais que ça ne fonctionnerait pas. Alors je m’étais dit que je m'enfuirais et que je l’épouserais coûte que coûte.


© will o' the wisp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Western Highlands and islands

▷ MESSAGES : 84
▷ INSCRIPTION : 29/10/2013
▷ LOCALISATION : *
▷ ÂGE : 29 ans
MessageSujet: Re: Quand la fratrie est réunie [Isea et Connor]   Sam 9 Nov - 17:21

Moïra & Connor & Iseabail
La fratrie réunie: un secret à partager


Les relations entre Moïra et Connor avaient toujours été tendues et Moïra aurait pu penser que cela continuerait à être le cas toute leur vie, quelques années plus tôt. Mais il y a toujours -et heureusement- des événements inattendus qui remettent tout à plat. Oh, certes, Moïra doutait d'aller un jour chercher refuge auprès de son frère, pour trouver auprès de lui le genre de réconfort qu'elle avait avec son frère aîné Allen, décédé depuis quelques temps, déjà, maintenant. Néanmoins, son mariage avec Liusaidh semblait avoir rapproché autant le frère que la sœur et ce n'était peut-être pas si mal, en ces temps difficiles. Même si Aodhan n'était pas un époux affreusement autoritaire, Moïra se doutait qu'il voulait garder avec les MacDonald de bonnes relations et qu'il n'apprécierait pas de voir sa femme agir avec légèreté, pour des choses qui s'étaient passées des années plus tôt. Il était aussi de son devoir de femme de chef de clan, de veiller à ce que tout se passe pour le mieux avec sa propre famille. Il n'était nullement besoin de nouveaux conflits, quelqu'ils soient. Ceux actuels étaient déjà bien suffisamment complexes, au point que bien souvent, Moïra n'en trouvait pas le sommeil.
Toutefois, Connor était un homme fier et Moïra fut donc extrêmement surprise de l'humilité avec laquelle il la remercia d'avoir pris soin de sa femme. Liusaidh devait être une femme exceptionnelle, étant donné la manière dont la considérait Connor. Pourtant, jusqu'à ce qu'il épouse Liusaidh, Moïra le considérait indigne de l'amour d'une épouse. Il semblait qu'elle se soit trompée et que Liusaidh se sente totalement à même de fournir à son terrible époux l'amour dont il avait peut-être besoin pour changer et évoluer. C'était là en tout cas le pari sur l'avenir que faisait Moïra, en espérant sincèrement que cela se révèle véridique.

Néanmoins, il y avait dans ce qu'il disait un rappel à leurs propres relations. Moïra avait été très dure, dans le passé, avec son frère et elle savait bien qu'il ne pouvait oublier ni peut-être même pardonné cela. Délibérément, toutefois, Moïra choisit de ne pas croire qu'il faisait là une référence à leurs propres différends. Le moment était mal venu pour parler de cela et surtout, ce qui comptait actuellement était bien Liusaidh qui était effondrée par la mort d'un frère qu'elle adorait visiblement. Soupirant, Moïra tâcha de répondre de manière neutre, n'ayant aucune envie de rentrer dans le conflit à cet instant avec Connor. Elle respectait le deuil et en cela, se tenait tranquille. «-J'aurais voulu faire plus, mais je crois que seul le temps apaise ce genre de blessures. Elle aura besoin de vous, à l'avenir, Connor. Et de vous aussi, bien sûr, Iseabail. Les MacDonald devront la soutenir dans cette épreuve. Il est toutefois heureux qu'elle attende un enfant, cela lui permettra de voir que la vie continue. Un enfant vous empêche de sombrer. » Elle parlait là à la fois de Liusaidh et d'elle-même car c'était bien Eimhir et Ichabold qui lui faisaient avancer malgré les épreuves.

Une seconde fois, son frère la surprit. S'excusait-il vraiment d'assombrir sa vie ? Moïra se rendait compte en entendant les mots que prononçaient son frère qu'une grande partie de leurs soutiens -et sans doute de leurs ennemis- devaient être au courant des difficultés que traversaient son couple et cela la rendait anxieuse. Elle espérait tant que cela ne se répercuterait pas de manière plus forte encore et que son époux n'avait pas à souffrir, politiquement, de sa conduite. Pour beaucoup, elle pouvait sembler irrationnelle, mais pour Moïra, c'était toute autre chose. Elle ne parvenait pas à maîtriser ses peurs et ses angoisses et tant qu'elle n'aurait pas avancé sur ce sujet-là, elle serait incapable de vivre harmonieusement avec son bel époux.
C'était très dommage, mais elle ne voyait pas d'autres solutions.
Quant à Iseabail, elle se faisait bien discrète, mais quand enfin, elle vint à parler, ses mots réjouirent le cœur de sa sœur aînée.
Posant un doux regard sur la jeune femme, Moïra se demanda si sa jeune sœur trouverait le courage de parler à Connor … Ou bien si elle devrait elle-même entamer la discussion sur ce sujet.
«-Je vous remercie de toujours être là, ma douce Iseabail... ». Souriante, Moïra prit une des mains de sa jeune sœur entre les siennes. « -Il est si bon de vous avoir auprès de moi... Mais ainsi va le mariage, n'est-ce-pas... On doit quitter les siens et se reconstruire une nouvelle famille. Les hommes ne connaissent pas cela, généralement, n'est-ce-pas Connor ? N'oubliez pas de réconforter votre épouse, quand les Dingwall lui manqueront -et cela arrivera sans doute ! ». Ils étaient seuls et Moïra avait la douloureuse impression, bien sûr, qu'il manquait quelqu'un. Le quatrième. Mais elle n'y fit pas allusion, gardant au fond du cœur cet affreux manque, qui avait été ravivé par la mort du frère de Liusaidh et la venue de sa famille. Désireuse de laisser à sa sœur la possibilité de parler de son amour à Connor, si elle le souhaitait, elle enchaîna. « -Parvenez-vous à vous imaginer quittant les MacDonald, maintenant, Iseabail ? ». Prenant soin de ceux qu'elle aimait, Moïra leur fit signe de s'asseoir là où ils le pouvaient, dans un coin de la grande salle. « -Il est rare que nous ayons le temps de discuter, n'est-ce-pas ? La vie est tellement remplie d'actions, depuis des années maintenant ... » Le ton était nostalgique.



© will o' the wisp


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Western Highlands and islands

▷ MESSAGES : 866
▷ INSCRIPTION : 19/03/2013
▷ LOCALISATION : Western Highlands and Islands
▷ ÂGE : 31 ans

Un MacDonald se bat pour ce qui lui appartient.

MessageSujet: Re: Quand la fratrie est réunie [Isea et Connor]   Dim 17 Nov - 16:35

Moïra & Connor & Iseabail
La force de la famille


L'instant était étrange. Un peu irréel. Nous ne nous étions pas retrouvés seuls tous les trois depuis bien longtemps. En fait, à bien y réfléchir, c'était sans doute la première fois depuis la mort d'Allen et je me demandais si mes sœurs en avaient conscience et avaient les mêmes pensée que moi. Apparemment, non. Moïra rompit le silence en nous accueillant plus chaleureusement. La bonne nouvelle de la naissance de mon neveu avait été obscurcie par la mort du laird des Easterns Highlands et le deuil de Liusaidh. J'étais inquiet pour mon épouse. Son chagrin me touchait en plein cœur alors que je ne pouvais rien faire pour la réconforter. Et je n'étais sûrement pas le mieux placé pour le faire de surcroît. Je pensais mes sœurs et ma mère plus compétentes que moi. Et je remerciais Moïra pour tout cela, tout en restant conscient que cette nouvelle avait empiété sur la naissance de l'enfant. Peut-être que la fréquentation de Iain commençait à porter ses fruits en me rendant un tant soit peu diplomate.

Ma sœur me répondit qu'elle aurait aimé faire davantage. Mais rien ne pouvait amoindrir la peine, c'était à Liusaidh de faire son deuil et de trouver la force de vivre avec. Si j'avais pu prendre son chagrin, je l'aurais fait. Est-ce qu'Aodhan s'était senti aussi impuissant en consolant ma sœur après la mort d'Allen ? C'était possible. Moïra était assez émotive malgré ses airs froids. Je regardais Moïra quand elle ajouta qu'elle aurait besoin de moi et des MacDonald. J'étais tiraillé. Les choses n'étaient pas forcément faciles entre Liusaidh et moi... Depuis l'annonce de sa grossesse, je ne savais plus comment me comporter. J'essayais d'être prévenant avec elle et je m'inquiétais pour elle qui avait tendance à être malade, mais en même temps, j'appréhendais que l'on parle de l'enfant, je ne voulais pas lui donner corps... Le rendre réel. Idiot, parce que la réalité allait très vite s'imposer à moi, quand le corps de ma femme allait changer réellement. Mais c'était ainsi. A moi aussi il fallait du temps.

Mais je notais pourtant les paroles de ma sœurs concernant les enfants. Elle parlait sans doute en toute connaissance de cause et par expérience. Cependant, un enfant ne suffirait pas à Liusaidh si je n'étais pas présent, je le savais pertinemment. Cette conception était arrivée trop vite alors que nous nous étions à peine apprivoisés, venant tout bouleverser. C'était ce que l'on attendait de nous pourtant. La douce voix d'Iseabail résonna après la mienne, apaisante. Si je devais la décrire, ce serait le premier adjectif qui me viendrait en tête. Moïra prit la main d'Iseabail, avouant qu'elle lui manquait. Tel était le lot des femmes lorsqu'elles se mariaient : elles quittaient leur foyer. Elle me prit à témoin et je haussais un sourcil.

« C'est déjà arrivé et nous sommes allés jusqu'en leur domaine pour combler ce manque. »

Non sans batailler d'ailleurs, parce que je n'étais absolument pas d'accord pour qu'elle entreprenne ce voyage. Liusaidh avait tout planifié dans mon dos, ne trouvant pas utile de m'en informer, ce qui m'avait mit dans une rage noire. Finalement, j'avais cédé, allant jusqu'à l'accompagner. Sans doute quelque chose qui allait étonner Moïra qui devait me penser incapable de faire plaisir à quelqu'un d'autre que moi-même. Aodhan m'avait soufflé que le mariage changeait un homme et j'avais ri. Je savais maintenant que c'était vrai.

« Même si cette visite n'a pas été aussi heureuse qu'elle l'aurait voulue. »

Mais au moins Liusaidh avait-elle prit conscience que sa nouvelle famille était dans les Westerns highlands. Un mal pour un bien. Moïra demanda alors à Iseabail si elle s'imaginait quitter notre foyer pour épouser un homme. Père ne s'était plus penché sur le mariage de la petite dernière depuis la mort d'Allen, mais cette question allait bien devoir être remise au goût du jour. Je pris place sur un siège à l'invitation de ma sœur. Moïra continua dans cette voix et je regardais tour à tour mes deux sœurs, me demandant s'il n'y avait pas des sujets que j'ignorais et qu'elles avaient abordé.

« Ne serait-elle pas ennuyeuse si elle n'était pas tumultueuse ? »

Ce n'était sans doute pas l'avis des femmes qui demeuraient au foyer et attendaient le retour des hommes, partis en guerre et qui pouvaient ne jamais revenir... Je préférais ne pas lancer le débat à ce sujet, mes sœurs s'unissant sans doute contre moi concernant ce sujet.

« Il me semble qu'Iseabail n'est pas prête de nous quitter, Père tarde à trouver des prétendants ou à examiner leurs demandes. »



© will o' the wisp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Quand la fratrie est réunie [Isea et Connor]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Quand la fratrie est réunie [Isea et Connor]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Les Contrats Fratrie
» Quand l'éducation "alternative" isole...
» Quand mon retour provoque l'apocalypse...
» Quand l'UE nous impose les OGM et les farines animales...
» Quand un instit...
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
▷ WILL O' THE WISP  :: Domaine des Macintosh-